COMBUSTIBLE// Bois

bois

Le bois, le combustible plus économique

La hausse de la sensibilité environnementale remet le bois sur le devant de la scène : ce combustible ne pollue pas, et il est renouvelable, économique et toujours disponible. Le seul problème, c’est l’espace de stockage qui doit être suffisamment grand.

Non seulement le bois est le combustible plus économique, mais il est aussi particulièrement efficace dans la cheminée bio Caloritaly, parce que la présence des briquettes réfractaires dans la chambre de combustion permet d’exploiter au maximum tout son pouvoir calorifique et d’avoir ainsi un rendement excellent jusqu’à la fin de la combustion.

Après une installation, un réglage et une utilisation conformes aux instructions du « Manuel d’installation, d’utilisation et d’entretien », la cheminée bio Caloritaly consommera beaucoup moins que n’importe quel autre générateur de chaleur. En effet, 2,3 kilos de bois sec permettent d’obtenir le même rendement thermique que 1 litre de fuel ou 1 mètre cube de gaz naturel.

Pour mieux comprendre l’avantage économique, il suffit de comparer le prix de 2,3 kg de bois sec au prix de 1 litre de fuel ou 1 m3 de gaz naturel… Vous faites plus de 70% d’économies. Conforme aux principes et techniques de la gestion forestière durable, la collecte du bois n’a aucune répercussion négative. Au contraire, les forêts sont même mieux cultivées.

Encourager l’utilisation du bois à des fins énergétiques ne représente pas un risque pour notre patrimoine forestier. Au contraire, il est important que cet encouragement soit amplifié.

Le bois, un combustible qui PROTÈGE les forêts

Le bois de chauffage fait partie de la plus grande catégorie des biocombustibles solides. Il représente, encore à l’heure actuelle, le principal combustible à usage domestique pour environ un tiers de la population mondiale. Il provient essentiellement de l’exploitation agro-forestière (plantation et gestion), qui doit répondre à des normes précises en Europe et en Amérique du Nord.

Son pouvoir calorifique se situe entre 3 280 et 4 360 Kcal/kg, selon le taux d’humidité relative (HR) et l’espèce d’origine. Les résineux, aciculaires ou conifères ont un pouvoir calorifique par kilo supérieur à celui du bois de feuillus, mais une masse volumique inférieure. La résine est responsable de la plupart du pouvoir calorifique, mais la résine génère aussi de la suie si elle n’est pas brûlée comme il se doit.

Dans des nombreux pays, la hausse de la population entraîne une hausse de la demande en énergies « low cost ». D’ailleurs, certaines nations consomment maintenant beaucoup plus de bois de chauffage que ne leur permet la capacité de renouvellement des forêts. Ce phénomène a pour grave conséquence un vaste déboisement des régions. Néanmoins, ce problème ne concerne ni l’Italie, ni l’Europe en général, où les forêts grandissent tant en termes de superficie couverte qu’en termes de volume de bois en moyenne par unité de surface. Dans les pays membres de l’Union européenne notamment, les arbres doivent être coupés selon des normes strictes et précises (Orientations régionales forestières et Réglementations de l’exploitation forestière) qui garantissent une gestion durable des forêts. Par conséquent, le bois de chauffage doit être considéré comme un combustible écologique et renouvelable (source : Wikipedia).